Besoin de vos avis sur la rédaction d'un article

logicielslibres

#1

Bonjour,

Je suis en train de terminer un article sur le logiciel libre et les communs, avec comme question ce qui peut faire d’un logiciel libre un vrai commun, en passant par les bonnes pratiques proposées par Eric S. Raymond et les principes de Common Pool Resources de Elinor Ostrom.

Je suis preneuse de vos avis, surtout sur la partie sur les principes de CPR

Pour info il sera publié sur le blog de mon entreprise, d’une part parce que j’ai pas mal rédigé sur mon temps de travail, et d’autre part pour faire connaître à mes collègues développeurs et libristes le concept des communs.

Merci,
Emmanuelle


#2

Merci pour cet article, qui ouvre de nombreuses pistes pour des études de cas plus précises.

La littérature scientifique existante devrait permettre de poser la question au niveau de Debian, dont le modèle de gouvernance est déjà bien étudié.

Wikimédia/Wikipédia est cité plusieurs fois, mais je ne le ferais pas dans cet article: ce n’est pas un logiciel.

Je commente à la volée quelques lignes:

Si un changement dans les règles de partage intervient, il est décidé par l’ensemble de la communauté.

Cela suppose que (1) les règles soient explicites, que (2) les changements soient annoncés d’avance et cela ne dit pas comment « l’ensemble de la communauté » est représenté. Ce serait intéressant de vérifier si (1) et (2) sont respectés dans les projets libres - quand au troisième point, je pense qu’il est rarement posé, l’état par défaut étant une sorte de dictature éclairée: le(s) mainteneur(s) décident seul(s), mais chacun est libre de s’exprimer et les bons mainteneurs ne se mettent pas à dos leurs contributeurs, réels ou potentiels.

1/ délimitation claire de l’objet de la communauté et de ses membres

Pas sûr que ce soit toujours si évident: un logiciel peu soudain voir l’horizon de son usage changer, c’est un objet mouvant, qui peut être amené à intégrer d’autres contenus. Donc à un instant t c’est juste, mais dans le temps c’est plus compliqué. Les ressources immatérielles (et fonctionnelles, comme les logiciels) me paraissent par nature moins facilement délimitables que les ressources naturelles.

5/ un système gradué de sanction pour des appropriations de ressources qui violent les règles de la communauté

Sur ce point, les mainteneurs de logiciels libres peuvent souvent déléguer: l’un des avantages de faire partie du projet GNU, pour un logiciel, est de savoir que la Free Software Foundation pourra le représenter devant les tribunaux en cas de problème. Mais là encore, il faudrait plus d’éléments empiriques pour se rendre compte de la situation globale.

A suivre !


#3

Coucou !

J’aimerais bien revenir sur la définition d’un commun au tout début. Je changerai ce que tu as mis

On parle de bien commun, ou de commun, lorsqu’une ressource partagée est gérée de manière collective par un groupe de personnes qui se sont fixés des règles.

Que je changerais par ça :

Un commun est un système qui se veut le plus ouvert possible avec au centre une ou plusieurs ressources partagées, gérées collectivement par une communauté, celle-ci établit des règles et une gouvernance dans le but de préserver et pérenniser cette ressource.

Et je ferais la différence entre commun et bien commun : un bien commun est quelque chose qui appartient à tou-te-s mais qui n’est pas forcément un commun, mais qui pourrait très bien le devenir. Vice versa : un commun n’est pas forcément un bien commun car un commun n’appartient pas forcément à tou-te-s. Par manque d’infos sur le sujet je ne suis pas sûr de mes dires, c’est pour cela que j’aimerais que tu réagissent par rapport à tout ça. Mais c’est pour moi ce qui fait le plus sens. J’aime particulièrement cette phrase que j’ai trouvé dans wikipédia :

“L’atmosphère appartient à tous. C’est un bien commun, mais pour autant ce n’est pas (encore) un commun, car il n’y a pas de gouvernance permettant de gérer les effets de serre et les émissions de CO2”

Je continue la lecture de ton article après :wink:


#4

Bonsoir,

Merci pour vos réponses !

@ckiltolier effectivement la définition que tu proposes est plus précise.

Sur la distinction entre bien commun et commun, il me semble que c’est assez juste, mais je ne voulais pas rentrer dans les détails dans cet article.

@bzg merci pour ton retour, effectivement je ne propose avec ce billet que des réflexions de départ, et je n’ai pas encore creusé au niveau des études déjà menées : je vais regarder du côté de Debian, merci pour l’info.

Effectivement je parle de logiciels libres, mais je me dis qu’on peut étendre aux projets libres type wikipedia ou OpenStreetMap, en tant que ressources immatérielles partagées et réutilisables, comme pour les logiciels libres : je vais reformuler un peu.

Est-ce que par exemple on pourrait parler des cas où la contribution au “core” d’un logiciel va être différente de celle sur les plugins ou module ? Certains de ces modules pouvant ne pas être libre par ailleurs, comme dans le cas de pleins de CMS.

Merci pour tes autres retours, carrément pertinents : j’avais pas pensé à la FSF et son soutien juridique.

Je mets à jour l’article dès que je peux en tous cas.

Bonne soirée,
Emmanuelle


#5

Je comprends que ce n’est pas le but de l’article de parler de la distinction entre commun et bien commun. Mais je disais ça surtout parce que moi-même je n’étais pas sûr, parce que la plupart du temps on les confond :slight_smile:


#6

Oui, c’est un exemple possible.

De façon générale, c’est la question du rapport entre le logiciel et le « monde extérieur ».

Quelques exemples: est-ce que le logiciel mastodon doit permettre aux utilisateurs de s’inscrire via Facebook ? est-ce que mastodon doit faciliter le fait de faire remonter des propos racistes? est-ce que tel logiciel libre pédagogique, sous licence copyleft, doit accepter d’utiliser des images sous licence CC by-nd?

Je pense à ce genre de questions. Quand une communauté se dit: « Notre objet est de développer un logiciel libre de microblogging décentralisé. », il y a plein de questions sous-jacentes auxquelles elle ne répond pas, et plusieurs contributeurs peuvent avoir une vue différente sur cet « objet ».


#7

Ah oui, Mastodon est un super exemple, d’autant que son côté décentralisé fait que chaque instance est gérées indépendamment et peut appliquer différentes règles (ce qui a occasionné quelques houleux débats et blocages) : ça donne autant de façons différentes de s’organiser, mais qui sont imbriquées ou du moins entre lesquelles des interactions ont lieu.

Un autre exemple que j’ai vu entre temps, une longue discussion en cours entre lunar et liberapay à propos des projets qui peuvent être financés ou non au travers de cette plateforme libre.

En tous cas ce sont des exemples à étudier.

Sinon je vais publier lundi plutôt, Calimaq m’a fait pleins de chouettes retours aussi :slight_smile:


#8

Merci pour le lien ! L’échange est intéressant. Dans Liberapay, il y a plein de niveaux:

On voit déjà le joli graphique avec plein d’intersections :slight_smile:

Ici, la communauté qui gère le site dit qu’elle ne veut pas établir de règlement allant au-delà de ce qu’interdit déjà la loi pour interdire à une personne de faire partie de la communauté qui utilise le service web.

C’est similaire à la position classique des communautés qui gèrent des logiciels libres et ne souhaitent pas en délimiter l’usage. Tout le monde n’est pas de cet avis, et certains ont essayé de pousser une Exception GPL à un moment, l’idée étant que l’auteur pourrait interdire l’utilisation de son logiciel à tel ou tel… dans la pratique, ça n’a pas décollé.

Je trouve que la réponse de liberapay.com est logique: le logiciel est libre, libre à Lunar de monter un site avec des règles différentes.


#9

On avait eu exactement la même discussion concernant Communecter à l’époque où on en parlait avec Nuit Debout : est ce que le Front National peut venir sur Communecter ?

Dans l’absolu, oui

Dans la pratique, ça n’a pas beaucoup de sens car de toute manière l’outil n’est pas orienté vers la propagande politique ou des logiques discriminatoires


#10

Merci tout le monde pour vos retours, j’ai publié l’article hier

Je pense qu’on n’a pas fini de creuser la question, je vais voir comment mettre en ligne les liens vers les articles ou études que je commence à trouver sur le sujet, peut-être par Zotero.

Bonne journée,
Emmanuelle