Communs et extrême-droite

facisme

#1

Si on regarde les affiliations politiques des personnes qui se retrouvent dans le mouvement des communs, on peut trouver un spectre assez large, de l’autonomie libertaire à l’innovation entrepreunariale , en passant pas le bien commun du catholicisme, les biens communs chers aux écolos

C’est moins fréquent de trouver des choses à l’extrême droite, souvent marquée par le culte de l’autorité, du conservatisme social et de la fermeture.

C’est pour cela qu’il me semblait intéressant, et propice au débat, de signaler cet article sur une forme d’activisme néofaciste qui cherche à croiser des logiques de commoning (leur tentative pour infiltrer les ZAD en témoignant)

Il y a cependant de la part de ces militants nationalistes-révolutionnaires une vraie logique idéologique, leur utopie étant bien celle de créer des communautés locales enracinées et fédérées dans un grand espace européen.

De fait, différents courants d’extrême-droite manifestent périodiquement un intérêt pour les circuits courts ou les monnaies locales sans que cela se traduisent par une implication soutenue à ma connaissance.

Les seules choses un peu pérenne sont les communautés mystico-facistes sectaires du style “Brigandes” : http://www.leparisien.fr/faits-divers/la-salvetat-un-village-sous-l-emprise-du-groupe-les-brigandes-02-01-2018-7479387.php