Fondation d'une université du bien commun France


#1

L’association Les périphériques vous parlent*, l’économiste Riccardo Petrella et l’établissement culturel solidaire Le 100, entendent fonder en 2017 l’université du bien commun à Paris. Des universités du bien commun existent actuellement en Italie, Belgique, Pays-Bas et Argentine qui entendent promouvoir et défendre les biens communs matériels et immatériels.

Il s’agira d’une université, basée sur la gratuité, sans chaire instituante, reposant sur un fonctionnement co-opératif et rotatif, en bénéficiant des locaux, des infrastructures et des moyens techniques du 100 ECS.

Cette initiative, au carrefour des initiatives déjà foisonnantes en matière de communs, entend contribuer à sa manière à la valorisation des biens communs et des actions et réflexions des différents acteurs travaillant déjà sur ces questions, afin de constituer un lieu d’échanges et de confrontations d’expertises en la matière.

En mai et juin 2017 : une phase de préfiguration puis de fondation - si suffisamment de convergences le permettent - avant son ouverture ultérieure a l’automne au public.

Contacts :
Yovan Gilles et Cristina Bertelli – responsables du projet

Association Science Technologie Art Recherche
Revue Les périphériques vous parlent / www.lesperipheriques.org

*Depuis plus de 25 années, notre association S.T.A.R/Les périphériques vous parlent met au cœur de sa démarche des expériences de démocratie et de citoyenneté, des pratiques culturelles et éducatives reposant sur le développement de la créativité individuelle et collective. Nous produisons des outils pédagogiques tous supports (audiovisuels, web, livres, revues, radio) et organisons des évènements publics, des séminaires, des ateliers, des conférences et des formations portant sur les enjeux dont dépend le devenir de la société française : discriminations, démocratie sanitaire et prévention santé publique, lancement d’alerte, audits citoyens, refonte écologique des modes de production, démocratie dans le travail, pratiques agro-culturales, valorisation des pratiques culturelles des Outre-mer… Notre démarche est également nourrie par une longue expérience de la scène (théâtre, danse, musique, techniques du jeu de l’acteur) ouvrant à une réflexion qui ne sépare jamais action et connaissance et par une pratique de la transversalité, du décloisonnement et de la multidisciplinarité.


a mis à la une . Il sera affiché en haut de chaque page jusqu’à ce qu'il soit ignoré par un utilisateur. #2

a supprimé de la une . Il ne sera plus affiché en haut de chaque page. #3

#4

(Mise à jour)

Bonjour,
Comme nous vous en avions informé, notre association Les périphériques vous parlent*, l’économiste Riccardo Petrella et l’établissement culturel solidaire Le 100, se proposent de fonder avec différents partenaires en 2017 une Université du bien commun à Paris. Pour rappel, des universités du bien commun existent actuellement en Italie, en Belgique, aux Pays-Bas et en Argentine, qui entendent promouvoir et défendre les biens communs matériels et immatériels, créées sous l’impulsion, parmi d’autres personnalités, de Riccardo Petrella.

Le projet avance et c’est au regard de l’intérêt que votre structure porte aux enjeux des biens communs que nous vous adressons cette lettre et que nous vous communiquons les dates de ces deux réunions de fondation auxquelles nous vous convions les samedis 20 mai et 10 juin de 14h30 à 19h au 100 ECS dans le 12èmearr de Paris.

Cette initiative, au carrefour d’initiatives déjà foisonnantes, entend contribuer à sa manière à la valorisation des actions et des réflexions des différents acteurs mobilisés sur ces questions, et susciter la convergence des talents et des engagements dans de nombreux domaines, afin de constituer un espace ouvert à des initiatives multiples en faveur de la connaissance et de la protection des biens communs.

Nous envisageons une université basée sur la gratuité de l’enseignement et de l’accès à la connaissance, sans chaire ni cursus, reposant sur un fonctionnement coopératif et rotatif, et qui bénéficiera des locaux, des équipements culturels et techniques du 100 ECS, un lieu au cœur de Paris qui permet des modes d’intervention variés : conférences, ateliers, projections, interventions scéniques et plastiques.

La réunion du 20 mai aura plusieurs objectifs : permettre la rencontre des personnes et des associations conviées pour préciser les intentions et les implications de chacun dans la mise en œuvre de cette université ; identifier l’objectif majeur de l’université : entre communs, biens communs et « bien commun », les engagements ne sont pas les mêmes, et bien que nous ayons une orientation initiale claire, un débat et des choix devront s’opérer à cette occasion. Seront également tracées les premières modalités de fonctionnement que nous souhaitons les plus souples possibles.

Lors de la réunion du 10 juin, en présence de Riccardo Petrella, outre le fait de revenir avec lui sur la philosophie politique de cette initiative, nous conviendrons des orientations, des stratégies, des programmations et des modalités opérationnelles de l’université pour l’année à venir et son ouverture au public dès l’automne.

Pour ces deux réunions de travail nous disposerons des locaux du 100 ECS et, en cas de beau soleil, d’une agréable terrasse/salle de réunion.

Sachez que plusieurs niveaux d’implication peuvent se dessiner, de celui de membres fondateurs à celui d’intervenants, et un socle de structures diverses coordonnera de façon collégiale cette université.

Si vous souhaitez participer à ces deux rencontres nous en serions heureux.
Une liste des participants à ces deux réunions vous sera bien évidemment communiquée ultérieurement ainsi que les détails pratiques.