Informations aux patients

communs
communication
design
empowerment
santé

#1

Bonjour, je suis en train de regarder des Ted Talks sur des moyens de ré-imaginer notre système de santé.
Celle que j’ai vu aujourd’hui m’a parue très intéressante, c’est un journaliste du magazine Wired qui la présente. Il existe aussi une version écrite ici (en anglais).

Ce qui m’a intéressé (spoiler) c’est que cette personne constate que la santé cherche surtout à effrayer les patient-e-s pour les motiver à changer leurs habitudes et à mieux prendre soins d’eux. Hors ça ne fonctionne pas, il parle alors des incentives et d’autres moyens de communiquer efficacement. Il prend alors l’exemple des résultats de laboratoires et met en avant le fait que les informations contenues dessus sont à l’intention uniquement des médecins: il faut avoir pas mal de connaissances pour les interpréter judicieusement, et le rendu n’est pas vraiment sexy.
Alors, avec son équipe de designers ils ont ré-imaginés ce type de résultat mais à l’intention des patients directement.

Et j’ai trouvé ça super!

Pour revenir aux communs dans le domaine de la santé, je pense que donner de meilleurs clés de compréhensions aux patients sur leur état de santé permet d’atteindre aussi une meilleur confiance dans leurs soignants en discutant avec un langage plus commun.
Et là, simplement en modifiant la forme des résultats ont redonne en parti les clés aux patients sur leur état de santé. Bien sûr ça ne fait pas tout, nous ne sommes pas des agrégats de résultats biologiques, ce type d’information est à nuancer en fonction de toute sa personne et du reste de son état de santé. Ce type de mise en page ne remplace donc pas le médecin, mais permet bien aux patients de mieux comprendre où ils en sont (au niveau biologique ici) et vers où ils doivent aller. Et ainsi mieux discuter avec leur soignant sur leurs objectifs en terme de santé et les moyens qu’ils souhaitent mettre en oeuvre.

On pourrait imaginer un opendrugfacts sur le modèle des openfoodfacts pour plus facilement comprendre ses traitements, etc.

Et avant même d’aller vers le big data, se mesurer 24h/24h avec des montres et des smartphones connectés, une meilleur utilisation et présentation des données actuelles pourraient déjà aider chacun d’entre nous à atteindre l’état de santé que l’on souhaite.

J’espère ne pas avoir été trop hors sujet, je trouvais le lien avec les communs et la santé évident, mais peut-être que ça ne l’est pas^^